Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 août 2010 1 02 /08 /août /2010 21:23

 

Le texte «  ADN et généalogie : la généalogie génétique » complémente mon premier article sur la Généalogie génétique en montrant concrètement la démarche. Notamment, la possibilité d'interroger un cousinage grâce au test de 23andME (bien illustré !). C'est ce qui me fait conseiller ce test quand on me demande.

Je place ici quelques conseils pratiques. L'ADN mitochondrial ne donne d'information que pour le long terme et est rarement utilisable en généalogie. Un séquençage total de l'ADN mitochondrial est le seul test à considérer. Il faut savoir que dans un cas sur 5000 environ ce séquençage découvre une mutation sur un gène. Il vaut mieux ne publier le résultat qu'en connaissance de cause. Par rapport à ce que j'ai écrit dans le premier article, ceci est particulier à l'ADN mitochondrial. En moyenne une mutation intervient sur l'ADN mitochondrial tous les 3000 ans. Le lieu géographique des personnes ayant une correspondance exacte (exactement la même séquence, au nucléotide près) est « flou » à cause des mouvements de populations qui sont intervenus entre temps.

Pour l'ADN Y , un haplotype sur 67 marqueurs est requis pour comparer des cousins proches. En moyenne on attend une mutation toutes les 6 générations sur l'haplotype de 67 marqueur standard de Family Tree DNA , mais avec fluctuations, bien sûr. En analysant sur moins de marqueurs on risque d'avoir le même résultat pour tous les cousins et de ne rien pouvoir déduire.

Dans le texte qui suit , Bernard a bien expliqué comment l'analyse (SNP) sur puce ADN permet des comparaisons sur des cousins au 10 ème degré , au delà, seule l'analyse sur l'ADN Y permet de faire le lien entre la généalogie et le groupe d'origine (la « tribu ») définie de plus en plus finement par les marqueurs SNP (haplogroupe) et par l'haplotype. Bonne lecture.

 

Didier

 

 

 

 

 

ADN et généalogie : la généalogie génétique

 

 

Lors de la recherche de nos racines avec la généalogie traditionnelle, le témoignage des liens génétiques précis entre individus se perd définitivement avec l'absence de documents vers les années 1500-1600. Dès lors, il n'est plus possible de se poser la question : "qui a donné naissance à qui ? " .La question devient "qui est plus proche de qui ?" Avec des critères autres que ceux des noms de famille,la généalogie génétique grâce à l'analyse de l' ADN peut nous aider à approfondir nos connaissances sur nos ancêtres d'abord pour ceux des lignées paternelle et maternelle mais aussi pour ceux de toutes les autres branches de notre arbre généalogique .

Quel crédit accorder à ces nouvelles techniques ,avant d'investir trop d'espoir (et d'argent !) dans ces " tests " ADN ? Comme pour l'informatique,il faudra se familiariser avec des termes nouveaux ,mais une fois dans le bain il sera difficile de résister au jeu de poursuite de nos ancêtres!

 

 

 

1-L' ADN, lien intergénération

 

Les techniques de la médecine médico-légale ont impulsé une nouvelle approche de la généalogie traditionnelle .En effet dès 1996, le FBI a commencé à utiliser l' ADN pour identifier les auteurs de crimes .Depuis ,ces techniques de pointe d'identification génétique des individus sont utilisées pour la généalogie, pour la recherche de la filiation sans but médical ou légal .

Ces dernières années,la généalogie génétique a bouleversé notre perception de la proximité généalogique des êtres humains permettant de tester les liens de filiation entre des personnes,vivantes ou non ,car l'ADN raconte toute la richesse de notre histoire personnelle .

Cette nouvelle approche dans la recherche de ses ancêtres a fait fureur d'abord aux États-Unis car beaucoup d'américains ne sont pas de souche ,mais sont issus de la colonisation européenne: française,anglaise et hollandaise. Des firmes se sont spécialisées dans le créneau de la génomique ,par exemple 23andMe située dans la "Silicon Valley" de San Franscico,où se trouvent toutes les entreprises utilisant des technologies de pointe.

Il est désormais possible de reconstituer l'histoire lointaine d'une famille non plus en dépouillant les documents de l'état civil, et notariaux, mais en étudiant d'abord l'ADN du chromosome Y (ADN-Y)et celui des mitochondries (ADNmt),puis la technique ayant évolué, l'ADN des 23 paires de chromosomes humains .

La photo ci dessous,donne un aperçu de l'aspect des chromosomes contenu dans chaque cellule humaine. Il faut se rappeler que les chromosomes sexuels sont XYpour l'homme et XXpour la femme.

Chaque cellule contient aussi de nombreuses mitochondries ayant un ADN circulaire de très petite taille (non représenté ici ).

 

chromosomes.jpg

 

Figure 1: Les23 paires de chromosomes d'un homme

2-Sur mon arbre....deux branches se développent

 

Des nouveaux critères génétiques ont été établis par les généticiens des populations grâce aux particularités de l'ADN découvertes par les biochimistes .

Les ADN-Y et ADNmt sont des outils puissants car ils élaguent notre arbre généalogique en ne développant que les deux branches externes , celle de la lignée patrilinéaire ,correspondant à la transmission du chromosome Ydu père à ses fils . L'autre branche ,celle de la lignée matrilinéaire,correspond à la transmission des mitochondries ,donc de l' ADNmt par la mère à tous ses enfants. Cet élagage simplifie dans un premier temps l'étude de notre passé ,mais en restreint le champ. Cependant ,c'est la première étape des analyses lorsque l' on démarre les "tests" ADN.

 

crobar-arbre.jpg

 

Image modifiée tirée de 23andMe

 

Figure 2 :Retrouver des ancêtres sur les deux rameaux externes

 

Le travail du généalogiste ne fait que commencer quand il reçoit par e-mail les résultats de ses premiers tests.Il est aidé par les laboratoires qui lui envoient la liste des personnes ayant le même profil génétique que lui .Cela signifie qu'il y a des liens de parenté ,donc un ancêtre commun .Si l'ancêtre commun est proche (jusqu'à 10 générations),il y a échange des Gedcom. Au delà (20-50 générations) on va regarder l'origine géographique de toutes les personnes ayant le même profil. Si sur 10 personnes comparées,la majorité est d'origine méditerranéenne, cela veut dire que tous ont un ancêtre commun ayant vécu il y a 1000 ans ou plus dans cette région.

Ainsi va commencer la traque de ses ancêtres .Cette démarche repose sur le travail des généticiens qui,après analyse de l'ADN du chromosome Ydes hommes de toutes les régions du monde, ont conclu que tous les hommes de la lignée patrilinéaire vivant aujourd'hui descendent d'un seul homme qui a vécu en Afrique il y a 60.000 ans environ .C'est l'Adam Y.

De même ,suite au travail des généticiens , Il a été établi l'existence de plusieurs Eves mitochondriales.

Selon la théorie "out of africa" on considère que le début de l'humanité a commencé en Afrique puis une première migration hors de l'Afrique,suivie par d'autres sur toute la terre.

Ces études ont permis de comprendre la longue marche de l'évolution de l'homme rythmée par de nombreuses mutations de l'ADN. Celles ci vont permettre de suivre et de dater la naissance de nouvelles lignées humaines dont le déplacement pourra être traqué , à la surface de la Terre grâce aux types de mutations observées. On a pu dater de cette manière la disparition des néandertaliens ,en Europe ,il y a 30000 ou 40000 ans.

L'ADN humain se modifie continuellement à cause de mutations survenues depuis l'émergence de l'homme sur la terre.Le tic-tac de l'horloge moléculaire est rythmé par les mutations depuis l' AdamYet l'Ève mt .

L'ADN peut se lire comme une sorte de calendrier où est inscrite l'histoire des origines de l'homme, comme celle des migrations, des invasions et des peuplements.

Les différentes mutations de l'ADN sont utilisées comme les aiguilles du cadran d'une horloge pour calibrer le temps.

- la trotteuse des secondes (taux de mutation rapide) permet l'analyse d'un passé récent
- l'aiguille des minutes (taux de mutation à vitesse moyenne) pour l'analyse d'un passé proche: des centaines d'années.
- l'aiguille des heures (taux de mutations à vitesse lente ) pour l'étude d'un passé lointain: des milliers d'années.

 

3-Recherchede cousins dans tout l' arbre généalogique

 

En utilisant l'ADN des autosomes (voir fig 1), c'est à dire la majeure partie de notre ADN ,on pourra remonter les lignées des quatre grands-parents alors que précédemment ,on ne s'intéressait qu'à deux (la mère de la grand mère maternelle,etc..et le père du grand père paternel,etc...). Ainsi en remontant jusqu'à 10 générations, au lieu de ne trouver que deux ancêtres des lignées paternelle et maternelle, on pourra grâce à l'ADN retrouver théoriquement la trace de 1024 ancêtres avec leurs descendants,dans la mesure où bien sûr, on arrive à trouver des apparentés grâce aux analyses de l'ADN effectuées chez un grand nombre de généalogistes.

 

arbre-genealogique.jpg

 

 

adapté de Wikipedia

Figure 3: Arbre familial simplifié

( relations de chaque personne avec la personne en orange; les cousins correspondent aux cases vertes )

 

Voici comment dans les trois exemples suivant se visualisent les résultats de comparaison des ADN entre des apparentés ayant un ancêtre commun proche ou de plus en plus lointain. Cela se traduit visuellement par un nombre de segments d'ADN partagés décroissant lorsque le degré de parenté devient plus éloigné. Dans le cas de la figure 4 où les deux personnes sont cousins au 7ème degré ,on a plus qu'un seul segment commun sur le chromosome n°10.

 

Comparaison1.jpg

 

 

Figure 4: Fragments d'ADN identiques(en bleu)

 

( Chaque barre horizontale représente un chromosome schématique numéroté de 1 à 22,avec X et Y)

 

comparison2.jpg

 

Figure 5 : un seul fragment d'ADN identique trouvé

 

4- Mosaïque de populations constituant chaque arbre généalogique

 

On a vu que dans un arbre généalogique on a 1024 ancêtres possibles à la 10ème génération. Si l'on remonte à 70 générations ,c'est à dire à la période romaine ,ce nombre serait énorme. On peut imaginer pour une personne dont l' ADN est 100% européen que, au gré des mouvements de populations, des guerres, des invasions d'origines très diverses,son arbre généalogique soit très hétérogène dans la composition de l'origine géographique de ses membres.

Notre arbre généalogique qui peut donc s'étendre sur plusieurs milliers d'années doit être une mosaïque d'ancêtres issus d'un grand nombre de populations ,de tribus, de peuples ,peuplades provenant des 4 coins de l'Europe depuis la préhistoire.

Une compagnie américaine DNA Tribesest spécialisée dans la détermination de l'origine géographique de nos ancêtres,grâce à l'ADN .Leur analyse localise les populations actuelles où la concordance de notre profil génétique est la plus élevée,car nos ancêtres y ont absorbé une partie de leurs caractéristiques génétiques ,transmises jusqu'à nous. Donc,il est possible de connaître de quelles régions de l'Europe proviennent majoritairement nos ancêtres ,de l'Europe du sud,des régions celtiques et germaniques,du sud de l'Italie Sicile ,Grèce et Turquie et des régions slaves par exemple.

DNA Tribes grâce àson analyse génétique apporte en plus à la généalogie traditionnelle de nouvelles informations qui peuvent être exploitées pour compléter nos recherches généalogiques.

 

5-Conclusion

 

Cette nouvelle approche de la généalogie totalement innovante peut surprendre car elle permet de trouver des relations de parenté très lointaines et de connaître quelles peuplades ont pu contribuer à notre arbre généalogique .Grâce à la généalogie génétique ,on peut explorer son arbre généalogique dans des périodes proches ou très lointaines à trois niveaux : approfondissement des lignées patrilinéaire et matrilinéaire,recherche de cousins dans toutes les branches et recherche de la mosaïque des peuples prédominants dont nous sommes issus.

C'est un domaine en progression constante . Aussi , une fois familiarisé(e) avec ces nouveaux concepts et grâce à la facilité de communication qu'offre internet, il est possible de dialoguer avec les cousins potentiels, de progresser grâce à la lecture assidue des forums ,DNA Forums ,,dont une partie est en français.Au bout de quelques mois, de nouveaux horizons généalogiques vont s'ouvrir avec un réseau de cousins. Une nouvelle vision de notre généalogie va se dessiner ,avec peut-être des découvertes surprenantes. Bon voyage!

 

Bernard Béguet

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Didier
commenter cet article

commentaires