Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 22:54

Le point important de cet article c'est le lien entre une destinée particulière et un contexte historique. Je remercie Walt Gabennesch d'avoir attiré mon attention sur ses trouvailles. A la suite d'un travail pointu en généalogie une hypothèse se profilait mais la génétique a révélé un imprévu qui fait tout l'intérêt du cas.

La généalogie classique avait permis à Michael Gabennesch de retracer ses origines européennes jusqu'à la petite ville de Schruns de la vallée de Montafon dans le Vorarlberg Autrichien, la partie de l'Autriche proche du Liechtenstein ; voir cartes :

Schruns-Montafon

 

Nous sommes dans le pays des Rhètes, dont l'ancien territoire est rappelé ci-dessous. Aujourd'hui c'est un pays de langue alémanique (comme en Suisse) qui a donc une spécificité en Autriche. liechtenstein-map

   L'ancienne langue Rhète, qu'on croit apparentée à l’Étrusque, a tout à fait disparu mais il reste des noms particuliers à cette région. A ce stade il semblait qu'une origine Rhète était l'aboutissement.

Un test génétique du chromosome Y a profondément modifié la vision qu'on peut se faire des origines des Gabennesch / Gavanesch . Le nom parait d'origine Rhète, même si on ne sait pas décrypter cette langue mais le test a montré que cette lignée se rattache par son chromosome Y à l'haplogroupe E-U209 dont l'expansion semble associée à celle des Bantou. Ce peuple d'Afrique noire dont l'origine semble se situer vers la côte d'Ivoire est reconnu comme un des principaux peuples ayant exporté le travail du fer, la métallurgie, à travers toute l'Afrique, jusqu'en Afrique du sud. Ainsi Desmond Tutu, dont le génome a été séquencé est lui aussi du groupe E-U209 ; un lointain cousin (par les hommes) .

carte-RAETIA

Distribution of haplogroup e1b1a in Rosa 2007 On peut comprendre cette expansion qui va bien au delà de la zone Bantou proprement dite en considérant que les forgerons dans bien des ethnies ont été des Bantous, une sorte de caste de forgerons.

Il est quand même étonnant de retrouver une lignée de E-U209 dans les Alpes. On doit d'abord s'interroger sur la date cet évènement et les haplotypes connus peuvent nous aider. Malheureusement, les personnes qui font des tests sont rares en Afrique noire et il y a peu de E-U209 dans les bases de données pour des comparaisons.

Qu'est-ce que cet E-U209 ? Le grand haplogroupe E a 2 composantes principales : les E1b1a et les E1b1b , ces derniers occupent la partie non occupée sur la carte de l'Afrique ci contre ; l’Afrique du nord et de l'est (Égypte) et plus au nord au proche orient. Les E1b1a quant à eux , dont l'arbre est présenté ci-dessous sont les noirs africains qui, dans leur expansion ont repoussé les Pygmées et les Boshimans ; les peuples aborigènes de l'Afrique.

 

arbreE1b1a

 

 

Les études qui ont permis de dresser cet arbre n'ont malheureusement pas fourni les haplotypes qui seraient nécessaires pour une comparaison. Il a donc fallu se tourner vers les tests faits par des gens qui font ces tests en tant que particuliers ; ils se nomment « hobbyists » en anglais.

 

Voici un tableau pour 4 haplotypes :

 

 tab4hap

 

 

Seuls 12 marqueurs sont montrés ici. On peut constater que ces 4 haplotypes forment un groupe. La comparaison sur 37 marqueurs permet de se convaincre que l'origine commune est assez récente. Il faut quand même préciser que la comparaison sur un nombre d'haplotypes aussi réduit laisse une grande incertitude sur le résultat. Dans le cas présent le calcul donne une estimation de 800 ans depuis l'ancêtre commun. L'hypothèse la plus simple est que le nom de famille Gavanesch (et autres variantes) s'est établit vers l'an 1200 et qu'une seule lignée a pris ce nom. A part les Gavanesch les haplotypes sur 37 marqueurs testés E-U209 sont rares. Il n' y a que 2 cas dans les banques de données publiques qui puissent servir de comparaison. Le résultat est imprécis mais on aurait un groupe avec une origine en Europe il y a 1400 ans, soit en 600 mais une arrivée 200 ou 300 ans plus tôt est envisageable.

L'équipée d'Hannibal Barca en 218 av. JC est le genre de mouvement de soldats ayant pu être à l'origine de l'arrivée d'un africain dans les Alpes mais, plus récemment, les romains, ayant investi la région qu'ils nommaient Raetia prima ont maintenu là des troupes pour que les Germains soient contenus. Parmi les auxiliaires il y auraient eu au moins un soldat d'origine Bantou.

La génétique peut elle fournir davantage de pistes ? La réponse est oui. Ce qui va manquer ce sont de bons éléments de comparaison car les africains sont peu testés mais, avec le temps de nouveaux marqueurs SNPs vont pouvoir être comparer. Des sous groupes de E-U209 ont été identifiés et on va savoir , par exemple si les SNPs L609 et L611 trouvés en analysant l'ADN de Walt sont portés aussi par Fletcher (par exemple – voir tableau) ce qui permettrait d'aller plus loin que le groupe des porteurs d'un nom de type Gavanesch / Gabennesch. On peut souligner ici comment les particuliers impliqués dans ces analyses font progresser la connaissance sur les haplogroupes.

 

Pour résumer et conclure, la génétique a permis d'identifier sur toute une lignée bien caractérisée en généalogie classique (un remarquable travail de fond ayant permis de remonter jusqu'en 1477 réalisé par Michael Gabennesch) un haplogroupe de type africain. La comparaison des haplotypes de plusieurs Gavanesch / Gabennesch montre qu'ils appartiennent tous à une seule lignée, on peut en déduire que nous n'avons jusqu’à' à présent qu'une seule origine du nom, stabilisé vers 1200. Plus anciennement 1 ou 2 haplotypes avec des noms différents indiquent une origine du groupe européen vers 600 mais avec une grande incertitude. On peut considérer que ce résultat conforte l'hypothèse d'un soldat romain d'origine Bantou en garnison dans l'ancienne Raetia prima. D'autres tests sont en cours pour cerner de plus près cette improbable ascendance.

 

 

PS : Je dois revenir sur les échanges fructueux que j'ai eu tout au long de la rédaction de cet article avec Walt Gabennesch. Il m'indique que l'expansion Bantou pourrait être plus ancienne que ce qu'on pensait (au moins 1000 av. JC) et pas seulement liée à la métallurgie mais aussi à l'exploitation de la Banane et de l'Igname entre autres cultures.

Partager cet article

Repost 0
Published by Didier
commenter cet article

commentaires