Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 22:28

Cet article fait un peu suite au texte « L'effet Toba » et se propose de traiter de la branche Europe dans la dispersion des hommes sortis d'Afrique avec la dernière vague de peuplement porteuse de la mutation Y M168. Deux figures permettent de rappeler l'état des lieux :

Capture-arbreY-mod-copie-1northern-tree

 

 

A partir de la branche F on a une branche IJK, mal représentée sur la figure ; Il y a d'abord G et H qui se séparent du tronc principal comme sur la figure mais la branche principale est [IJK] et la séparation [IJ] et K est plus tardive que considérée sur la figure de droite. R1a et R1b sont bien plus tardifs et ne devraient pas être représentés ici.

Les dates pour [IJK] sont encore incertaines (et donc fluctuantes selon les études) mais il n'y a pas d'autre branche qui puisse vraiment postuler pour la conquête de l'Europe. Vers 40000 ans l'homme de Neanderthal est encore le principal hominidé en Europe. Son territoire allait vers le sud jusque vers le proche orient. Je pense que c'est déjà [IJ] nouvellement formé qui a jeté les premiers ponts vers l'Europe et que ce passage s'est fait par le Caucase. Donc, IJK serait à la place de IJ sur la figure et IJ serait à la place de R1a (en rose). [IJ] va d'une part en Europe et d'autre part vers l'emplacement indiqué J sur la figure et nous allons suivre ces 2 branches.

L'Europe a comme caractéristique d'être peuplée par l'homme de Néanderthal et la conquête retardée de l'Europe, par rapport à l'Australie, par exemple, peut être liée au climat ou à une compétition entre homme moderne et homme de Néanderthal dont l'issue aurait été longue à se dessiner. On observe que la disparition de l'homme de Néanderthal est contemporaine des progrès de l'homme moderne en Europe. Il faut savoir qu' on a pu reclasser des fossiles et confirmer l'existence d'ossements « modernes » (non Néandertaliens) en Europe dans la période -35000 à -29000 ans qui correspond à l'Aurignacien (mais on n'a pas encore trouvé d'ossements autres que très fragmentaires liés clairement à l'industrie aurignacienne) .

Il n'y a plus, à ce jour, d'hommes [IJK] ou [IJ] . Les groupes I et J semblent s'individualiser il y a un peu plus de 20 000 ans lors du dernier maximum glaciaire qui a isolé les groupes et conduit à [IJ] ---> I , en Europe, et [IJ] ---> J au proche orient. Par dérive génétique, effet statistique ne demandant aucune sélection particulière, le groupe parent [IJ] (voire [IJK]) est entièrement remplacé. Donc, quand on analyse les populations I d'Europe on trouve un âge d'environ 22 000 ans et tout se passe comme si ce qui précède était hors d'atteinte à cause d'une forte diminution des effectifs et d'un effet « refondateur » des survivants. Il se trouve que 22000 ans c'est plus ou moins la limite Gravettien / Solutréen ; [IJ] pourrait donc être le groupe du Gravettien et I le groupe apparaissant au Solutréen, mais c'est très hypothétique.

Dans un article paru ailleurs j'avais titré : « Adieu Paléolithique » en référence à la situation actuelle de la compréhension du peuplement en Europe. En plus des effets statistiques liés à la forte baisse des effectifs, il y a eu ensuite la vague néolithique qui a noyé les populations antérieures suite à la forte augmentation démographique permise par l'agriculture. En gros, les « paléolithiques » se sont retrouvés à 10 – 15 % de la population résultante. En Afrique on trouve encore des populations correspondant aux « paléolithiques » manquants d'Europe, là où la forêt a préservé des populations de chasseurs cueilleurs (pygmées par exemple).

 

Le groupe I que je vais présenter est donc un peu comme un vieil arbre avec 2 branches, I1 et I2 correspondant aujourd'hui à des populations très différentes.

 

Haplogroupe I1 :

 

Capture-I1

 

 

 

 

 

 

 

Haplogroupe I2a :

Capture-I2a

 

 

Le groupe I2a est, de loin, la branche principale de l'haplogroupe I2 dont a a récemment identifié 2 autres petites branches I2b et I2c. On ne connaît qu'une cinquantaine de cas pour ces branches là avec une présence notable en Arménie et jusqu'en Iran. En fait, I2a recouvre 2 ensembles distincts : I2a1 présent en Sardaigne et en Espagne mais aussi dans les Alpes dinariques (Croatie) et I2a2 , plus continental.

Le groupe I1 est surtout scandinave et la diffusion de ce groupe permet de suivre les Vikings dans leurs bases comme en Irlande où Dublin a été fondée par les Vikings. On peut voir I1 comme un groupe ayant fuit vers le nord à l'arrivée des néolithiques. Ce groupe montre une expansion depuis 4200 ans ce qui correspond à l'âge du bronze et à la possibilité de cultiver dans la zone scandinave. Donc, il y a eu diffusion des techniques néolithiques et ces groupes adaptés aux climats nordiques ont su devenir des agriculteurs (et des métallurgistes). Ce que repèrent les graphes ce sont ces rameaux d'anciens paléolithiques ayant eu ultérieurement un développement néolithique.

Un mot de l'haplogroupe J , cousin du proche orient dont la branche J2 a justement été l'une des diffusions néolithiques avec un peuplement significatif en Italie du sud, d'où les romains l'on diffusé dans leur empire.

Haplogroup-J2

De même que pour les haplogroupe I , il s'agit d'une composante minoritaire sauf dans des parties de l'Italie du sud et sur les côtes Corses. On voit ainsi comment une certaine diversité européenne s'est construit à partir d'un vieux fond européen (paléolithique) et d'apports bien ultérieurs. Il se trouve que le principal groupe en Europe de l'ouest actuellement (R1b) est postérieur aussi bien à l'haplogroupe I et même à la migration J2. Nous savons aujourd'hui que les Celtes sont une composante relativement récente par rapport au peuplement I1, I2 et J2 qui fait l'objet de cet article.

Partager cet article

Repost 0
Published by Didier
commenter cet article

commentaires

Gregg 02/11/2014 08:19

Bonjour Didier,

Une mise à jour intégrant les nouvelles découvertes s'impose et fera plaisir à vos lecteurs !

Bien à vous

zalmoxis 05/06/2012 11:32



mon haplogroupe Y  G2a3b1a2 est observé sur Lemnos et mon mt J1c2 vers la scandinavie et la baltique vers l'est  ... il y a peut être une logique dans tout cela ?   



Commentaire n°2 posté par willy le 12/04/2012 à 19h45


C'est pratiquement le YDNA haplogroupe de Louis XVI et de tous les capétiens connus jusqu'avant l'an 1000. Une dicussion   sur " le sang bleu de la monarchie française est caucasien ?" serait
interessante. Zalmoxis


Didier 05/06/2012 22:12



G-L497 est LE grand groupe G en Europe. C'est un groupe dont l'expansion paraît récente MAIS (et c'est très important) ces G-L497 ne sont pas arrivés en Europe venus d'ailleurs mais plutôt c'est
une évolution sur place. Le groupe G arrivant en Europe a probablement été G-P303 , sans doute des nomades poussant des troupeaux (les premiers en Europe) et G-L497 correspondrait à une
sédentarisation sous l'effet de l'arrivée d'autres néolithiques (cultures) ; les LBK . C'est une position perso, d'autres voit une identification entre G-L497 et LBK et je n'y crois pas.


Il faut que je fasse davantage d'articles sur l'ADN mitochondrial ...



zalmoxis 05/06/2012 11:25


Didier, excellente synthèse, indispensable avant d'entrer dans les détails.


zalmoxis

Didier 05/06/2012 22:05



Merci


A venir un commentaire sur la nouvelle phylogénie Y telle que revisitée par Anatole Klyosov.



Flupke 05/06/2012 09:37


Merci Didier pour ce blog en Français qui manquait un peu dans le paysage.


Je me permets de réagir sur cet article concernant l'Europe et le groupe I. On y retrouve le thème communémant admis du groupe I,chasseur cueilleur, présent avant l'arrivée des néolithiques. On
peut aussi débattre sur l'identité du groupe féminin (mitochondrial) qui accompagnait ces IJ. J'imagine que les groupes mtDNA U et K sont de bon(ne)s candidat(e)s. Qu'en est il du groupe yDNA G ?
souvent décrit comme ancien en Europe.


Sinon un détail: associer le groupe yDNA I1 aux Scandinaves est un peu réducteur je trouve. On retrouvera l'association I1=vikings colportée par de nombreux anglo-saxons. Je le définirai plutôt
comme Germanique avec comme base le Jutland et l'Allemagne du Nord, en accord avec Nordtvedt. I1 a été colporté par les tribus germaniques; Francs y compris. On peut aussi se poser la question de
sa présence au sein des Belgae (porté par les Cimbres ?)

Didier 05/06/2012 22:04



Bonjour et merci pour les encouragements.


Pour l'haplogroupe I je me demande si on n'a pas eu un aller retour entre l'Allemagne du nord et la Scandinavie car les Cordés ont probablement repoussé les I-M253. Pour l'haplogroupe G j'ai une
position un peu en marge du reste de la communauté génétique. Je pense que les G2 sont arrivés tôt, vers 10000 - 9000 avant JC en Europe comme nomades poussant les premiers troupeaux (moutons
sans doute). Il y aurait eu évolution sur place et sédentarisation au moment de l'arrivée des LBK.


Je reviens sur les I1 (I-M253). La descente vers le sud de populations germaniques qui ont repoussé progressivement les Celtes est récente et contemporaine des romains. On ne sait pas encore bien
repérer ces mouvements mais c'est pour bientôt, je pense.


Quant aux correspondances Y - ADN mitochondrial c'est encore le grand flou et je ne prononce pas pour l'instant !


 



willy 29/04/2012 00:33


je laisse un lien sur un récent article de Dienekes http://dienekes.blogspot.fr/2012/04/first-look-at-dna-of-neolithic.html

willy 12/04/2012 19:45


Merci de ces precisions , je suis très interessé par le métissage européen ancien  , j'ai testé mon adn autosomal chez family finder et je possède 11 % de gènes moyen orientaux que family
finder place en Egypte , palestine et Arabie saoudite avec les populatios  bedouins ,  druzes et juifs ... le reste étant "orcadien" placé sur les île britaniques (les pictes, 
vikings , celtes de l'âge du fer )  Suivant FTDNA mon mélange est vu chez les européens de l'est ou ceux du sud je comprends un peu car mon haplogroupe Y  G2a3b1a2 est observé sur
Lemnos et mon mt J1c2 vers la scandinavie et la baltique vers l'est  ... il y a peut être une logique dans tout cela ?   

willy 06/04/2012 17:52


Je cite " l’apparition de l’Homme moderne en Europe est perçue sous les traits de l’Aurignacien ancien, “ culture ” que l’on se représente depuis longtemps déjà comme homogène par la
remarquable répétition de caractères communs sur une vaste aire géographique (voir p. ex. Sonneville-Bordes 1960 ; Mellars 1989, 2004), allant des rivages atlantiques aux monts du
Zagros. L’emblème de l’unité aurignacienne serait notamment illustré par la systématisation des productions en matières dures animales, cristallisée autour d’une extrémité de projectile à
l’emmanchement particulier, la pointe de sagaie à base fendue."  Dans un dernier article Dienekes mentionne l'haplo mtdna H qu'une étude récente place aux environs de  13000 ans donc
avant le néolithqiue mais devant son expension  (en Europe du caucase à l'Irlande)  aux avancées du néolithique  . Je pense que les européens actuels sont bien les européens qui
habitaient nos régions  de l'ouest il y a 15000 ans .  

Didier 08/04/2012 14:10



Le fond Aurignacien est bien plus ancien que 15000 ans et, justement, ne peut pas etre du groupe H . Il y a le groupe U et plus précisement U5 qui est un bon candidat mais que je vois davantage
représenter leGravettien. Ce qui laisserait ouverte la posibilité que l'aurignacien soit d'un autre groupe. Le point principal est que je crois que les "L1" trouvés ici et là en Europe forment
une très ancienne strate de peuplement ; il ne s'agit pas de cas isolés liés à de l'esclavage  etc...


Bien voir que l'article sur l'arbre mitochondrial est juste postérieur à celui sur L1 en Europe. Avec 2 fois plus de données la carte L1 sera sans doute bien plus probante.



willy 01/04/2012 09:12


Cette arrivée des Indo europénes il y a 10000 ans remet en cause l'age même  de cette culture ? Il est usuel de penser que les Indo euroépeen sont des "peuples" qui conaissent le cuivre et
le dressage du cheval . Mais passons cela si il est possible de parler des Indo Européens il y a 10000 ans cela ne me dérange pas j'ai toujours estimé l'age de cette culture bien plus ancien que
l'on pense . Il est possible que la diffusion de l'agriculture soit associée a la diffusion des langues Indo Euroépenne la carte génétique montre une séparation entre Indo Euroépens de l'Ouest et
de l' Est les seuls dénominateurs communs étant selon Colin Renfrew : mtdna J et Y G (voir sa conférence qu collège de France)

Didier 01/04/2012 14:44



Le partage Est Ouest est l'un des points que j'ai soulevés dans mon échange de mails avec Anatole Klyosov. Concernant l'utilisation du cuivre etc il faut bien voir premièrement que 10000 c'est le
tout début: arrivée dans les Balkans , ensuite les techniques ont pu diffuser et les IE ont eu des noms pour ces nouvelles techniques. J'ai fait remarquer que je pense l'arrivée de G en Europe à
peu près contemporaine mais Anatole Klyosov ne veut pas entendre parler de G...



willy 31/03/2012 15:39


J'ai lu u article récent de Dienekes sur les Indo européens et Y R1a et ce qu'il dit me semble être de bon sens . A savoir : on ne peut relier la dominance en terme numérique de R1a sur l'Asie
(Iran Inde ) et sur l'Europe de l'Est a un déplacement de populations Indo Européenne (dans le cadre de ce qu'on sait sur les Indo européens) je laisse les lecteurs de ce forum s'informer des
idées de Gimbutas . Y R1a et R1b sont présent en Europe avant la diffusion Indo Euroépenne (quelle soit culturelle et / ou génétique) . Donc pour faire le lien avec les Celtes il est évidet que
le groupe majoritaire R1b carractérise les populations Celtes je suis bien d'accord , le problème que je soulève est de savoir si les Indo euroépens (Celtes) sont issus d'une migartion Indo
européenne ou si une culture Indo euroépenne s'est déplacée d'est en Ouest et a impulsé ce qui est décrit  comme une culture celte .   Mon point de discordance est sur la vision de
Didier quand il voit les Celtes R1b comme un groupe indo euroépen un mouvement "récent"  depuis l'Asie centrale ou le berceau Indo européen (situé du côté de la mer noire) vers l'ouest
jusqu'aux iles britanique et l'Irlande . Je pense que cette vision est (excusez moi) trop simpliste . http://www.larecherche.fr/content/recherche/article?id=3111  (voici en attedant un
article que je trouve interssant)     

Didier 31/03/2012 20:56



Pour que tout soit bien clair il s'agit de la discussion de l'article : "Afghanistan's Ethnic Groups Share a Y-Chromosomal Heritage Structured by Historical Events" sur le blog de
Dienekes dont je saisis l'occasion de fournir unlien : http://dienekes.blogspot.fr/ (je découvre que c'est un site .fr !)


Une remarque : la plupart des commentateur regrette la mauvaise analyse des données : pas assez de SNPs testés et des taux de mutations invrasemblables ; bref les auteurs sont tombés dans toutes
les ornières. Restent les tests qui démontrent une grande variabilité R1a, ce qui se lit "ancienne présence"


Je mets en opposition l'article récent de Klyosov :


Haplogroup R1a as the Proto Indo-Europeans and the Legendary
Aryans as Witnessed by the DNA of Their Current Descendants


http://www.scirp.org/journal/PaperInformation.aspx?paperID=17707 (pour un lien)


Je ne soutiens pas complètement tous les points de l'article mais si on compare on peut comprebdre que ce qui heurte Dienekes trouve une explication simple quoique mal formulée dans l'article de
Klyosov. Il a fallu que Klyosov se rende à l'évidence : R1a n'est pas Russe, ni slave à l'origine et les R1a du nord de l'Inde (Pakistan) sont les plus anciens (pour partie) ; je ne vois aucune
opposition à l'équivalence R1a Indo-Européen sauf qu'on remarque que J2a était dans les parages (et sans doute en partie associé). Klyosov a , je pense, le mérite d'envisager
l'arrivée de ces IE (R1a)  il y a 10000 ans, soit bien plus tôt qu'avancé précédemment.


 



willy 27/03/2012 18:52


Bonjour , nous parlons ici des Celtes en les associant  si j'ai bien compris à un haplogroupe Y R1b1b2 postérieur en Europe aux Y I et Y J entre autres ...  Je pense qu'il nous 
faudrait  des repères historiques et archéologiques  .  Ce que nous savos c'est que les Celtes utilisaient une langue Indo Européenne comme les Germains et les Italiques etc ...
  la plus part des euroépens ainsi que les Hittites d'Anatolie et les Iraniens et Indiens . Il serait  donc intéressant de définir  ici , avec les connaissances que nous avons
actuellement ,  l'origine des Celtes  .  

Didier 30/03/2012 16:19



Je suis surpris par ce commentaire là, Willy. Est-ce sur le bon sujet ?  Les Celtes ont été un mélange de différents haplogroupes, merci de me donner l'occaasion de le (re)préciser mais les
groupes comme I1 et I2 étaient déjà minoritaires je pense et donc on ne peut pas voir I1 et I2 comme indicatifs des Celtes.